Comment améliorer les postes de travail sur les chantiers de construction

David est un charpentier-menuisier et a travaillé dans le domaine de la construction toute sa vie. David est très bon dans ce qu’il fait, juste en regardant des plans il est capable de visualiser un assemblage complexe, comme une maison entière. David travaille avec Jean, un apprenti charpentier-menuisier avec deux ans d’expérience. Tous les jours, David et Jean font la même routine, ils arrivent au chantier 15 minutes avant le début du quart de travail, reçoivent des instructions de leur patron et commencent à travailler. Pour cette journée de travail, ils ont été mandatés à construire une structure en arche. Pour ce projet, ils auront besoin de tous ces outils, en plus de leurs outils typiques, qu’ils ont dans leur sac à clou :

  • Scie sauteuse
  • Scie circulaire
  • Tournevis à chocs
  • Perceuse
  • Cloueuse
  • Chargeur
  • Batteries
  • Équerre de 24 x 16 pouces
  • Niveau de 2 pieds
  • Chevalets
  • Escabeau
  • 3 types d’attaches
  • Extension électrique

Nous sommes déjà rendus à 17 articles différents et nous assumons que les outils portatifs sont sans fils et utilisent les mêmes 2 batteries, ce qui arrive rarement. De plus, nous n’avons pas inclus de lames de rechange, de pointes pour le tournevis et de mèches pour la perceuse. Selon le chantier et la compagnie pour laquelle ils travaillent, ces outils peuvent être entreposés dans un conteneur sur le site ou un coffre de chantier près de leur lieu de travail. D’une façon ou d’une autre, David et Jean devront ramasser ces outils et les amener à l’endroit où ils construiront la structure en arche.

Si David et Jean sont chanceux, et qu’un coffre de chantier est situé à proximité du lieu où ils travaillent, ils peuvent laisser les outils dans le coffre et prendre seulement ceux dont ils ont besoin. Cependant, toute la journée, David et Jean se rendront au coffre, l’ouvriront et déplaceront les outils excédentaires pour ne prendre que ceux qu’ils ont besoin.  Cela implique aussi qu’ils devront se pencher, encore et encore, pour accéder aux outils dans le fond du coffre. Tous ces mouvements s’accumulent et peuvent causer des problèmes de dos aux travailleurs puisque qu’ils doivent aussi porter leurs ceintures à outils. S’ils sont malchanceux et que les outils sont entreposés plus loin ils devront trouver un moyen pour les rapprocher, avec un sceau ou une brouette, ou simplement, en faisant de multiples voyages. D’une façon ou d’une autre, le résultat est le même, beaucoup de pertes de temps à ramasser et transporter les outils.

Une fois rendu à leur lieu de travail, David et Jean commencent à s’installer. Ils construisent une table avec les chevalets qu’ils ont apportés et une feuille de contreplaqué qui était entreposé là. Jean connecte l’extension électrique à un panneau dans le même secteur, pendant que David prépare une liste de coupes. Aujourd’hui David installera pendant que Jean coupera les morceaux pour lui. Au fur et à mesure que le travail progresse et qu’ils utilisent plus d’outils, leur lieu de travail devient plus encombré. Même s’ils font de leur mieux pour ramasser les retailles, les outils s’éparpillent sur le sol.

Le chargeur et une batterie de rechange sont connectés au panneau d’alimentation temporaire. La scie sauteuse est en dessous des chevalets avec quelques morceaux de bois. La scie circulaire est suspendue sur un clou planté dans un chevalet. L’escabeau est ouvert à côté de David et la cloueuse et une perceuse sont sur le sol près d’une patte. David à le tournevis à chocs suspendu sur son sac à clou et tient un niveau de 2 pieds dans la main. Les attaches sont dans leurs boîtes respectives, dans la brouette, et l’équerre de 2 pieds sur la table que Jean a fabriquée.  C’est à cela que ressemble un poste de travail dans l’industrie de la construction.

Des milliers de bâtiments ont été construits et rénovés de cette façon et plusieurs continueront dans les années à venir. Mais, cette situation cause deux problèmes majeurs : un lieu de travail dangereux et une productivité limitée. Il y a les risques de trébuchage causés par les outils et extensions sur le sol, les problèmes de dos, dus aux fréquents pliages, pour ramasser les outils et les risques de perforation des mèches et embouts laissées dans les outils électroportatifs. Du côté de la productivité il y a notamment, les pas supplémentaires pour aller aux coffres, les multiples déplacements des outils qui encombrent les lieux et les pliages et extensions fréquentes des travailleurs pour prendre les outils. Tous ces mouvements redondants s’additionnent pour créer beaucoup de temps perdu au cours d’un projet de construction, ce qui frustrent les travailleurs et cause des pertes aux propriétaires de bâtiments.

Comment changer cela?

L’abandon de tous les fils d’extensions et des tuyaux à l’air est un pas dans la bonne direction. La majorité des compagnies d’outillage travaillent dans cette direction et bientôt, tous les meilleurs outils seront disponibles uniquement en format sans fil. Dommage que les manufacturiers ne puissent s’entendre sur un format standard pour les batteries d’outils sans-fil. Le problème dorénavant est de séparer tous ces différents chargeurs et batteries.

Un chariot mobile contenant tous les outils et étant plus haut que la taille règlerait la majorité des problèmes ergonomiques. Les coffres à outils sont excellents, pour ranger les outils lorsqu’ils ne servent pas, comme base pour travailler durant la journée, plutôt moyens. Il suffit de visiter une usine moderne pour constater à quelle point le chantier de construction pourrait bénéficier d’une amélioration de ses postes de travail. Dans une usine moderne les outils sont toujours positionnés d’une façon à être visible, accessible et proche du lieu où le travail est effectué.

À quoi ressemble un poste de travail pour la construction?

  1. Il est facile à déplacer, sur un terrain accidenté, avec de grosses roues et des points de levage, pour utiliser des moyens mécaniques, au besoin.
  2. Durable, il résiste aux dures conditions du chantier, à l’épreuve des intempéries, il est difficile à renverser et construit avec des matériaux de hautes qualités.
  3. Il est sécuritaire, pour que les outils peuvent y passer la nuit, avec un couvercle ou des portes qui se barrent facilement.
  4. C’est une unité autonome et indépendante, Il contient tout ce dont les travailleurs ont besoin.

Ces quatre caractéristiques formeraient une solide base pour un poste de travail de chantier et aideraient David et Jean à se concentrer sur ce qu’ils aiment, construire.

Article précédent
7 façons d’augmenter la productivité de vos travailleuses et travailleurs de métiers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.

Menu